Des millions de parties d’échecs sont aujourd’hui jouées chaque jour en ligne aussi bien par des amateurs que par des champions mondiaux !… Le confinement, une série sur Netflix et une récente inscription dans la liste des e-sports ont assuré à ce jeu antique un succès hors norme.

Si le dernier âge d’or des échecs date des années 70 avec l’affrontement dans un contexte de guerre froide entre le joueur américain Bobby Fischer et le joueur soviétique Boris Spassky. La pratique des échecs a littéralement explosé en 2020 sur internet et IRL (in real life), boostée par les confinements qui ont fait la part belle aux jeux de société, puis décuplée par la série Netflix the Queen’s Gambit (le Jeu de la Dame en V.F). Cette série, c’est l’histoire passionnante dans les années 1960 d’Elisabeth Harmon, une orpheline, prodige des échecs, dans sa quête pour devenir la meilleure joueuse d’échecs du monde. Cette fiction est adaptée d’un roman de Walter Davis publié en 1983. La série a fait découvrir (ou redécouvrir) le jeu d’échecs au plus grand nombre.

Chess.com, site dédié à la pratique des échecs ou la plateforme de vidéos en direct Twitch (connue dans le monde du jeu vidéo pour les streaming de parties) ont vu leur nombre d’inscriptions et de connexions exploser. Les recherches liées aux jeux d’échecs sur les moteurs de recherche tout comme les ventes de plateaux, ont elles aussi été multipliées, d’abord aux États-Unis.

À l’heure où une très grande partie de la population mondiale devait rester confinée, l’intérêt des jeux, et notamment des échecs a flambé… et cette tendance s’est confirmée, même après le confinement. 

Un nouveau public semble séduit par ce jeu de stratégie. Le plus grand défi pour la communauté des échecs est désormais non pas de réussir à attirer de nouveaux joueurs, mais de réussir à les garder sur le long terme !