Certes, il est possible maintenant de se déplacer pour effectuer ses achats de Noël. Pour autant, beaucoup de Français vont préférer commander leurs cadeaux en ligne afin de gagner du temps ou d’éviter la foule des grands magasins. Mais attention aux arnaques, encore très nombreuses sur Internet, surtout en cette période…

Avec l’arrivée des fêtes de Noël mais aussi l’approche du Black Friday, dès début octobre, les arnaques sur la toile se sont multipliées. Et pour cause, la période est propice pour les pirates informatiques. Parmi les méthodes qui sont, bien souvent, à l’origine d’arnaques sur Internet : le « dropshipping ». Celle-ci consiste à attirer le consommateur grâce à des promotions sur les réseaux sociaux appliquées à des produits qui l’intéressent… Appâté par la « pub », l’internaute clique alors sur un lien qui le renvoie vers une boutique en ligne, inconnue…, mais présentant pléthore d’articles à des prix défiant toute concurrence. Problème : la commande, en réalité, passe par un fournisseur extérieur peu recommandable (généralement situé en Asie), et elle peut mettre des semaines, voire des mois à arriver jusqu’à son destinataire. Et parfois même, ne jamais arriver du tout ! 

Toujours se méfier de prix trop bas !

Le premier conseil à suivre sur le Web est de TOUJOURS se méfier d’un prix trop bas, surtout quand il s’agit d’un produit qui semble correspondre parfaitement à vos attentes mais affiché plus cher, par ailleurs, ou alors indisponible via vos réseaux habituels ! De même, les mails reçus faisant état d’offres exceptionnelles sont à étudier de près… Pour se prémunir d’être victime d’une arnaque dans ce cas, il convient donc toujours de vérifier l’adresse mail d’expédition pour voir si elle correspond bien au contenu du message, mais aussi si elle est « réglementaire ». Attention aussi à checker que le lien renvoie bien sur un site « officiel ». Bien sûr, si le message contient des fautes d’orthographe : vous devez fuir ! Autre indice qui peut vous mettre la puce à l’oreille : une adresse HTML non sécurisée au moment de la transaction.  Si le cadenas n’apparaît pas sur l’URL qui s’affiche alors en http// et non en https:// : vous ne devez rien valider ! Et si vous êtes adepte des achats d’occasion entre particuliers, c’est pareil : un produit proposé par un vendeur alors qu’il est en rupture de stock partout ailleurs doit attirer votre vigilance, d’autant plus si son prix est attractif ! Évitez aussi d’envoyer un virement avant d’avoir reçu votre achat…  

Comment se prémunir ?

Si vous avez le moindre doute quant à la fiabilité d’une vente, n’hésitez pas à faire appel à votre meilleur ami Google. Dans le moteur de recherche, entrez le nom du vendeur ou alors du site qui vous promet l’article de vos rêves, et recherchez les avis… S’ils sont négatifs ou évoquent clairement une arnaque, vous savez ce qu’il vous reste à faire. Si vous doutez encore, reportez-vous aux mentions légales du portail internet en question, et vérifiez la présence d’un code Siret, la date de création du site… Ces indices très précieux vous mettront sans nul doute sur la voie… 

Bien entendu, une arnaque constatée doit être dénoncée, par une plainte si le préjudice en vaut la peine, mais aussi en ligne sur la plateforme officielle du gouvernement créée, précisément, pour lutter contre toutes les formes d’escroqueries sur la toile.