Faute de finances nécessaires pour accéder à la propriété, 35% des Français restent locataires de leur logement. Et pour ces derniers, arrondir leurs fins de mois rime parfois avec système D. Oui, mais alors, comment préserver ses deniers en location. Suivez le guide !

Après le loyer, le plus important poste de dépenses pour un locataire est représenté par ses charges. Rien que pour un petit studio d’une vingtaine de mètres carrés, entre les radiateurs, le ballon d’eau chaude, ou encore le lave-linge, il faut compter une centaine d’euros par an. Et en fin d’année, au moment de la régulation, quand le propriétaire envoie la « douloureuse », la facture peut faire mal, voire très mal (surtout si vous avez abusé des bains…). 

Isolez son chez soi sans faire de travaux 

Mais bonne nouvelle, il est possible d’agir sur ses dépenses en étant un brin astucieux. Par exemple, l’utilisation de vos radiateurs électriques – souvent qualifiés de « grille-pain » -, peut être optimisé très simplement. Grâce à des volets fermés quand la nuit tombe, l’ajout de rideaux bien épais, ou encore le recours à des barres coupe-froid à mettre sous les portes, vous isolez mieux votre logement sans même faire de travaux ! Pour la machine à laver, la faire tourner en heures creuses (entre 22h à 6h du matin) est aussi une bonne idée. Certains objets intelligents peuvent aussi contribuer à faire baisser la facture d’eau comme les limiteurs de débit, très peu coûteux (moins de 10 euros pour certains modèles) et garantissant jusqu’à 50% d’économies, voire plus ! 

Devenir une famille à énergie positive  

Depuis 2008, le dispositif longtemps connu sous le nom de « familles à énergie positive » (et désormais nommé “DÉCLICS”) destiné tant aux locataires qu’aux propriétaires permet aux foyers participants de relever un défi : dépenser moins d’énergie d’une année sur l’autre pour économiser en énergie. Et ça marche ! En moyenne, les familles participantes réalisent 12% d’économies sur leurs consommations, soit environ 200 euros par an et par logement, et ce sans aucun investissement. (www.defis-declics.org)

Sous-louer de l’espace disponible 

Si et seulement si votre propriétaire vous en donne l’autorisation (et par écrit), vous pouvez mettre votre logement en sous-location lors de vos absences. De même, si vous disposez chez vous d’un espace inoccupé (une pièce en plus, une cave, un grenier, un garage, un dressing…), vous pouvez le proposer comme superficie de stockage à des particuliers qui n’ont pas les moyens, l’envie ou le besoin de louer un box. Sur les plateformes proposant ce type de services (Ouistock, Jestocke, Costockage…), le mètre carré peut vous rapporter de 20 à 50 euros.

Dernière astuce enfin pour la route : pensez à mettre en concurrence les opérateurs téléphoniques et internet, mais aussi les fournisseurs d’énergie. Si vous êtes persuasifs, vous pourrez gagner jusqu’à 15% sur le montant de ces frais fixes !

Connaissez-vous l’avance LOCA-PASS® ?

Au moment de louer un appartement, l’un des plus gros postes de dépenses est le dépôt de garantie. Si vous avez des difficultés pour avancer la somme, sachez qu’Action Logement propose à un très large public un prêt à taux zéro (remboursable en 25 mois) via le dispositif LOCA-PASS®. LOCA-PASS® vous prête (sans frais de dossier non plus) jusqu’à 1200 euros à rembourser par petites mensualités dont la première interviendra dans un délai de trois mois après votre emménagement. Plus d’infos : www.actionlogement.fr