S’éloigner des grandes villes. En temps de crise, la tendance perdure. Mais pour se reloger, encore faut-il vendre son bien initial. Oui, mais alors quelles sont les bonnes pratiques en matière d’immobilier ? Les réponses d’Olivier Descamps, Directeur Général – IAD France.

Ce n’est pas notre expert qui dira le contraire : l’immobilier est une affaire de professionnel ! Et pour Olivier Descamps, chaque bien peut se vendre à condition, bien sûr, qu’il soit présenté au prix juste… Un logement surévalué risque de se vendre, in fine, moins cher, que s’il avait été bien estimé dès le départ. 

Si votre logement a su vous séduire un jour, il n’y a aucune raison, qu’il ne crée pas de nouveau un coup de cœur ! Chaque bien possède en effet sa propre destination, et aujourd’hui, les acquéreurs ne rechignent pas à réaliser des travaux pour justement donner une nouvelle vie à une habitation.

Actuellement, la tendance est à l’éloignement des grandes agglomérations au profit des villes moyennes, les Français réclamant de plus en plus de vert. Les critères ont aussi bien évolué : les extérieurs ont le vent en poupe (même un balconnet peut faire la différence), le coin bureau (télétravail oblige) est devenu aussi un indispensable tandis qu’une bonne connexion au wifi s’impose quasi systématiquement dans les recherches.

Dans le paysage immobilier, c’est surtout l’ancien qui explose ! Et malgré la crise, le marché se porte très bien. Ainsi, entre mai 2020 et mai 2021, selon la note de conjoncture des notaires de France, le nombre de transactions (1 130 000) avait atteint un niveau record depuis les années 2000…